• "Une écrevisse ayant vu prendre un serpent par une tortue ne put s'empêcher de dire : "Si mon frère le serpent n'avait pas usé de tant de détours et de sinuosités, il ne serait pas mort." Ce qu'il y a de mieux à faire c'est de marcher toujours droit." Alcée de Mytilène (-630/-580 av.J.C.) in Fragments d'Alcée.

      la Tortue et l'Orvet
    Une tortue avançait en quête de nourriture 
    à petits pas lestés de toute sa toiture,
    devant elle surgit parmi les hortensias 
    un orvet aux bordées tirant de hue à dia.
    Dame tortue surprise par cette reptation
    stoppa et se cacha au sein de sa maison;
    lorsque le bruissement s'approcha des jonquilles,
    elle glissa un œil par l'huis de sa coquille:
    "Vous me voyez ravie de vous voir ce matin"
    Dit-elle, en préambule à ce petit festin, 
    "Je vous ai vu marcher et de gauche et de droite,
    et vos cercles allongent la route vers les tomates;
    êtes-vous donc soûl? malade? Indisposé?"
    - elle pensa "Pas frais, je ne peux le manger!"-
    L’Orvet lui répondit: "C'est comme ça, c'est mon style!
    J'aime prendre mon temps en détours inutiles;
    j'aime à toutes les choses ajouter des emphases,
    et comme ma démarche, je peaufine mes phrases."
    "Que le monde est bien fait!" S'exclama la tortue,
    "car ma lenteur demande que j'aille droit au but."
    Fatiguée qu'elle était du jeûne un jour sur deux,
    Dame tortue croqua l'imprudent sinueux.

    Ainsi, en toute chose , il y a une morale:
    Ne perdez aucun temps, ce peut être fatal!
    Aux cercles incertains préférez le trait plat.
    Car en toute raison il nous faut marcher droit.


    4 commentaires
  •  

    Une Magnifique Photo D'Elodie Belllule pour un nouveau partage

    Photo Elodie Belllule: http://www.confidences-libellule.com/


    Toute en silence
    Je dépose ma présence
    Déshabille ma patience
    Dévoile mon innocence
    Aux vents de mes regrets,
    Pour mieux les protéger.

    Sur mes lèvres,
    De peur que je me soulève
    Tu as brisé tous mes rêves
    Par tes élégances trop brèves;
    J’ai eu honte de mon corps.
    Mais je survis encore.

    Et que j’en crève!
    Si jamais sur d’autres grèves
    Où je m’étendrais longève
    Je ne profite de la trêve
    Que j’ai pu arracher
    À tes dents acérées.

    Loin de la France
    J’ai fuis tes exigences
    Forte de ton absence
    Je prend belle apparence;
    J’ajoute un grain d’été
    À mes grains de beauté

    Comme une drogue
    J’ai composé cette élogue
    Et j’ai rompu notre dialogue
    Pour chevaucher les pirogues
    Vers un nouveau printemps,
    À l’écart du temps.

    Sur cette plage
    Je dénonce tes orages
    Mieux que force et que rage
    Je retrouve le courage
    Des iles ensoleillées
    Le pouvoir de danser

    Tahitienne
    En costume de scène,
    Tes froidures épicènes
    Ne sont que mythes obscènes
    Tu ne m’atteindras pas;
    Je danse… Aloha!


    2 commentaires
  • Sur le blog d'Evy, le défi "Que vous inspire cette image?"


    Etranger à mon corps

    le vent berce l'aurore

    et soulève sans ambages

    ma robe de mariage

     

    ô mon doux fiancé!

    De Daphné du Maurier

    Je suis ta Rebecca

    celle qui n'existe pas

     

    Avant le chant du coq

    j'ai inspiré Hitchcock

    je suis l'inaccomplie

    suis moi et je te fuis

     

    Approches et viens me boire

    consommer c'est vouloir

    et meurs donc à mes pieds

    par le poison versé.


    2 commentaires


  • Le coma des marées
    Rupture violente des équilibres
    Le long des strates analogues
    Blessure profonde...Monologue
    D'acier liquide et de feu libre
    Au coma dépassé

    A coeur ouvert
    Sur le pas de l'Aorte
    Visité jusqu'à la veine cave
    L'oxygène échoué gisant comme une épave
    Dioxyde de carbone dans l'atrium. Morte!
    Au coeur désert


    3 commentaires
  • Dreyfus à l'île du Diable
    Pétain à l'île d'Yeu
    Vous parlez d'une erreur!

    Jeanne au bûcher
    Villon pendu à l'arbre
    Lamentable

    Hugo en exil
    Jaurés assassiné
    Misérables!

    L'ignorance ne s'apprend pas

    Mais la haine s'enseigne


    7 commentaires